Stress, angoisse, opposition, crises… Réussir à passer au travers sans t’essouffler

Stress, angoisse, opposition, crises… Réussir à passer au travers sans t’essouffler

Savoir différencier stress, peur, anxiété et panique pour mieux aider l’enfant

par | Oct 18, 2022 | Anxiété, Stress

Savoir différencier stress, peur, anxiété et panique pour mieux aider l’enfant

La peur, l’anxiété, le stress, la panique de l’enfant, comment les différencier? 

De comprendre quelles sont les manifestations physiques et psychologiques et la fonction de chacune de ses réactions émotionnelles?

Ces 4 états émotionnels ont des façons distinctes de s’exprimer pour permettre au système nerveux de répondre à un besoin. 

Oui, tout part du stress, mais comment se fait-il qu’il se transforme en anxiété, en peur ou en état de panique?

On éclaire tout ça ensemble.

Le stress : réaction de survie de l’organisme

Le stress est « une réaction de l’organisme face aux modifications, exigences, contraintes ou menaces de son environnement, en vue de s’y adapter ». Hans Selye, médecin.

C’est le premier niveau de déséquilibre physique que l’enfant vit lorsque son organisme est perturbé ou se sent en survie. Dès que son corps ressent une insécurité ou perçoit un danger qui affecte son état de confort, le cerveau sécrète les hormones du stress : le cortisol et l’adrénaline pour qu’il soit prêt pour qu’il soit prêt à fuir ou combattre. Ces hormones ont pour but de le rendre plus fort et performant pour traverser le défi ou la menace qui se trouve devant lui.

Teste la sécurité
intérieure de ton enfant

Télécharge gratuitement notre outil
d'évaluation et découvre les
conséquences possibles d'un manque
d'intégration des réflexes de sécurité:
Moro et paralysie par la peur, sur les comportements.

L’intelligence du stress.

Le stress n’est pas que négatif. Il est une grande source de dépassement et d’adaptation.

Le stress moyen est sain. Il permet à l’enfant de mobiliser ses ressources et lui procure l’énergie nécessaire afin de relever des défis, de se dépasser, de performer, de développer de nouvelles habiletés et de s’adapter.

Avec un stress trop faible, l’enfant perd sa motivation. Il n’a pas ce coup de « pep » de l’adrénaline pour fournir la quantité d’efforts nécessaires pour relever le défi ou la tâche à accomplir.

Devant un stress trop élevé, avec une pression et des exigences trop fortes, l’enfant devient nerveux, se sent dépassé et impuissant.

Savoir différencier stress, peur, anxiété et panique pour mieux aider l’enfant

Cet état s’exprime dans le comportement de deux façons :

La peur : réaction émotionnelle

La peur est une réaction émotionnelle déclenchée par l’adrénaline et provoquée par un danger réel, concret et présent. C’est une réaction instantanée. Par exemple, l’enfant qui croise un chien enragé qui bave et qui grogne, aura peur.

L’émotion est vive puisqu’il associe ce qu’il voit (le chien) à un danger réel (la peur d’être attaqué). Son corps réagira ainsi en produisant des réponses qui l’aideront à augmenter ses chances de survie.

La peur est similaire à l’anxiété, c’est d’ailleurs pourquoi on les confond souvent. La nuance vient au niveau de la réactivité. La peur est directe et ne laisse pas le temps à l’anxiété de se manifester, car les pensées négatives qui défilent rapidement sont en temps réel face à la situation à laquelle on est confronté.

L’anxiété : réaction d’anticipation

Savoir différencier stress, peur, anxiété et panique pour mieux aider l’enfantL’anxiété est une réaction d’anticipation d’un danger dans une situation future ou hypothétique que l’enfant craint ou redoute face à une incertitude.

C’est une réaction émotionnelle de détresse dans laquelle l’enfant anticipe le danger ou le pire mais sans déclencheur direct.

Cette réaction de nature abstraite ou imaginée basée sur un danger potentiel qui n’est pas présent ici et maintenant. Tout se passe dans la tête de l’enfant. Il s’inquiète, il imagine, il rumine des pensées qui reviennent en boucle et élabore des scénarios et si…, il se passerait ça… ce serait épouvantable!

Accompagné souvent de symptômes de tension physique, l’anxiété lui fait vivre un stress intense et une sensation de mal-être dans lequel il se sent pris en otage de ne pas pouvoir sortir de la situation.

Par exemple, un enfant qui attrape le covid et qui a peur d’être branché à un respirateur et de mourir.  Dans ce cas, l’enfant fait des associations hypothétiques basées sur ce qu’il a vu à la télévision. Il rumine la crainte que son état s’aggrave et la peur de mourir.

L’anxiété est une réaction qui démontre une difficulté à tolérer l’ambiguïté ou l’incertitude et l’esprit part dans des scénarios catastrophiques.

Teste la sécurité
intérieure de ton enfant

Télécharge gratuitement notre outil
d'évaluation et découvre les
conséquences possibles d'un manque
d'intégration des réflexes de sécurité:
Moro et paralysie par la peur, sur les comportements.

La panique:  semblable et bien différente de l’anxiété

La panique, est une réaction de peur extrême face à la perception ou la présence d’un danger réel ou potentiel devant lequel l’enfant se sent démuni et impuissant.

Si elle est récurrente, elle est considérée comme un trouble anxieux, tandis que la peur est un état de réaction instantanée.

L’attaque de panique est déclenchée suite à une libération accrue d’adrénaline qui mobilise l’organisme à réagir immédiatement. Alors que dans l’anxiété c’est c’est plutôt une dose massive de cortisol qui est sécrété. La panique ça se passe dans le corps principalement, tandis que l’anxiété c’est beaucoup dans la tête.

La panique et la crise respiratoire

Ce n’est pas un hasard si plusieurs confondent la crise de panique avec une crise cardiaque ou un trouble respiratoire parce que le malaise physique est tellement grand qu’on a l’impression d’être en train de mourir.

Les sensations qu’on peut ressentir sont :

  • Étouffement ou difficulté à respirer;
  • Pression thoracique;
  • Accélération du pouls;
  • Sueurs;
  • Tremblements;
  • Sensation de boule dans la gorge ou dans l’estomac.

Ces symptômes sont des signes de détresse aiguë qui surviennent normalement lorsqu’il y a un danger de mort imminent.

Dans ces moments-là, analyser la situation et réfléchir calmement devient impossible. L’enfant tombe dans un cercle vicieux : plus il prend conscience de sa détresse physique, plus il angoisse et plus ses symptômes s’accentuent.

Ce mal-être est souvent si soudain que ni l’enfant, ni l’adulte n’arrive à identifier l’élément déclencheur qui l’a provoqué. Les pensées se bousculent et l’oppression physique devient paralysante.

CONCLUSION

C’est essentiel de distinguer chacun de ces 4 états de détresse, qui sont véritablement des appels à l’aide qui pointent différents besoins chez l’enfant. 

Comprendre la fonction de chacune de ses réactions émotionnelles, nous permet de mieux accompagner l’enfant lorsqu’il vit une émotion intense et d’ajuster nos interventions. Ainsi, nous pouvons l’accompagner avec encore plus de justesse lorsqu’il traverse une situation où il se sent en perte de repères et qu’il a besoin de notre aide pour gérer son stress et ses émotions.

Cindy Boiteau et Grégoire GarneauSuite à ta lecture, merci de nous partager tes réflexions ou prises de consciences en écrivant un commentaire dans l’encadré plus bas.👇

Nous aimons beaucoup te lire et nous sentir en lien avec toi et toute la communauté.

Nous avons déjà hâte de te lire!

Articles similaires

Mon enfant est souvent angoissé, inquiets, sous pression…
Les 4 stades pour développer l’estime de soi chez l’enfant
La discipline positive: l’art de connecter avant de corriger les enfants
L’estime de soi: 11 stratégies pour aider l’enfant à s’aimer
Le cerveau de l’enfant apprend même dans son sommeil…
Le stress de la rentrée scolaire stimule l’adaptation de l’enfant
Comment activer le super pouvoir de la sécurité intérieure
6 stratégies pour réduire le stress et réveiller l’attention des enfants

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infolettre

Reçois gratuitement des outils et des ressources pour améliorer et prévenir les difficultés d’attention, d’apprentissage et de comportement des enfants (0-12 ans)

Formation en salle:

Formation en ligne:

Comment aider l’enfant stressé et le sécuriser tout en restant zen! (RPPA)
Rockio Pépito, les fondamentaux. Programme d'intégration ludique des réflexes archaïque lien à la sécurité intérieure (Moro et RPP).

⭐ Connais-tu Rockio Pépito? ⭐

Rockio, c’est le superhéros de la sécurité intérieure. Lui aussi vivait de l’anxiété, de l’opposition et de l’hypersensibilité… Jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il n’en était pas responsable, que son réflexe de Moro et de RPP en était la cause de ses problèmes! 😮
👉 En savoir plus sur Rockio…