pourquoi-votre-enfant-regresse-et-agit-comme-un-bebe Lorsque l’école a été annulée à cause du coronavirus, mon 5 ans a commencé à grimper dans mon lit chaque nuit. Ses excuses sont devenues de plus en plus farfelues : mauvais rêves, une araignée, des centaines d’araignées, un trou noir.

Il a commencé à «jouer au bébé». Il suçait un coin de sa doudou, auparavant abandonnée, pour finalement dire qu’il voulait retourner dans mon ventre !

Le stress et l’anxiété : réponses de régression

Le stress et l’anxiété peuvent apparaitre sous plusieurs formes: irritabilité, opposition, explosions de colère, régression. Les régressions du sommeil et de la propreté sont communes, et les psychologues précisent que les enfants aussi bien que les adultes peuvent régresser en temps de stress.

« Les enfants stressés vont presque toujours régresser », dit  Dre Laura Markham, de AhaParenting. « La régression signifie qu’il n’est pas capable de s’en sortir d’une manière aussi mature qu’à l’habitude, parce qu’il se sent dépassé. »

Cette régression peut se traduire par une réactivation des réflexes de sécurité : le réflexe de Moro (réactivité, explosion de colère, opposition) et le réflexe de paralysie par la peur (immobilité, inertie; besoin de se mettre en petite boule, de se cacher).

pourquoi-votre-enfant-regresse-et-agit-comme-un-bebe-5pourquoi-votre-enfant-regresse-et-agit-comme-un-bebe-4

Depuis l’arrêt forcé de l’école, plusieurs parents et éducatrices en petite enfance ont remarqué un retour des réveils nocturnes, des crises de colère et des accidents de propreté.

Certains enfants sont accaparants malgré la présence constante des parents; ils boudent et crient quand ils ne peuvent avoir ce qu’ils veulent. Les enfants plus âgés et les adolescents peuvent demander plus d’aide qu’à l’habitude avec leurs devoirs, être lunatiques ou devenir violents.

« Les enfants cherchent la prévisibilité, dans un monde de plus en plus incertain, et ils le font subir à leurs parents, ce qui est compréhensible, mais très difficile », dit Dre Rebecca Schrag Hershberg, psychologue et coach parentale chez Little House Calls.

Bientôt ! Formation en ligne sur la sécurité intérieure.

Conçue pour sécuriser les enfants, diminuer l'opposition, l’agitation, le stress, l'hypersensibilité, augmenter la concentration et l’équilibre émotionnel et bien plus, cette formation aidera tous les parents, familles et professionnels qui souhaitent apprendre nos techniques spécialisées en sécurité intérieure.

 

Quoi faire lorsqu’un enfant régresse ?

1-Connecter

Augmenter le temps de «connexion» en étant physiquement proches et créer des moments spéciaux : faire rire l’enfant, écouter ses soucis, se faire des câlins…

« La gentillesse, l’amour et la compassion : les enfants en ont besoin pour se sentir en sécurité », dit Dre Tovah Klein, directrice du Barnard College Center pour le développement des jeunes enfants.

Klein suggère de reconnaître le besoin d’être réconforté et materné; même de les bercer et de chanter pour/avec eux.

« La chose primordiale, pour protéger les enfants et les empêcher de rester en état de détresse et d’être traumatisés, est la connexion sécurisante avec leurs parents ou leurs soignants », dit Dre Hershberg. « La recherche en témoigne. »

2-Donner plus de support

Il est tentant de réprimander les enfants qui n’agissent pas selon leur âge. Les experts nous invitent à voir la régression comme un signe de stress et à augmenter le support et la présence bienveillante, même si cela donne l’impression « de plier » à leurs demandes.

« Par exemple, une enfant de 6 ans est capable de se laver les mains. Le stress qui y est associé présentement devient une surcharge difficile à gérer. Elle sait aussi que le lavage de mains est si important pour vous que vous allez intervenir si elle fait semblant. Elle s’effondre, pleurant qu’elle ne peut pas se laver les mains », dit Dre Markham, autrice de Peaceful Parent, Happy Kids.

pourquoi-votre-enfant-regresse-et-agit-comme-un-bebe-2 La meilleure intervention : le réconfort.

« Tu passes un moment difficile? Je suis là avec toi et je vais t’aider. » Placez-vous à sa hauteur, tenez-le chaleureusement et ajoutez un peu d’humour pour un lavage de mains accompli !

« Ce n’est pas une récompense pour un mauvais comportement. », selon Markham. « C’est de comprendre la façon qu’a votre enfant de communiquer le stress quand il ne peut pas l’expliquer avec des mots. »

3-Créer une structure

En ces temps imprévisibles, les parents sont invités à créer une routine avec des repères visuels pour aider les enfants à s’ancrer. Ceux-ci ont besoin d’un cadre pour se sentir en sécurité et pour bien fonctionner.

« Les jeunes enfants s’épanouissent dans la continuité, en faisant la même chose quotidiennement », dit Klein, autrice de How Toddlers Thrivee.

4-Reconnaître les signes de la régression

« Certains enfants vont sortir le stress par des crises de colère », dit Markham. « Si votre enfant devient agressif, rappelez-vous qu’il y a des peurs et des pleurs sous cette colère. Ne vous laissez pas envahir et réagir impulsivement. Utilisez plutôt votre empathie pour créer de la sécurité émotionnelle afin qu’il puisse vous montrer ses sentiments délicats. »

5-Commencer à bouger

pourquoi-votre-enfant-regresse-et-agit-comme-un-bebe-3 « Quand les enfants (et les adultes) sont stressés, il est extrêmement aidant de les faire sortir de leur tête et de les ramener dans leur corps. », dit Hershberg. Que ce soit en faisant du yoga, en sautant à la corde, en courant ou en jouant à la marelle, le mouvement et l’exercice sont bénéfiques.

Markham ajoute que : « La nature aide les humains à se stabiliser émotionnellement. »

6-S’occuper de soi

Les enfants ressentent le stress de leurs parents, et cela peut créer un manque de sécurité. Les plus jeunes peuvent ne pas comprendre ce dont vous parlez, mais cela rend la situation encore plus effrayante. Ils sont des éponges et absorbent vos émotions, vos soucis et votre anxiété.

« Soyez conscients de votre niveau de stress et d’anxiété et soyez gentils avec vous-même », dit Klein.

Prenez le temps de vous recentrer, de vous poser. Seul, prenez 15 minutes pour faire un RESET avant la journée et installez-vous dans une énergie de bienveillance. Prenez des moments pour vous ressourcer : une douche plus longue, un appel à un ami pour ventiler.

7-Rester calme: ça va bien aller !

Peut-être est-ce la chose la plus importante, dit Hershberg : « Ne paniquez pas. »

« Les régressions sont communes, et on peut s’y attendre en ces temps-ci », dit Hershberg. « Soyez patient, prenez votre mal en patience et cela passera. »

 

Texte de Lisa Tolin, traduit et adapté par Neuro Gym Tonik.
https://www.today.com/parents/child-regression-signs-regression-kids-what-do-about-it-t177861?fbclid=IwAR3dA60klhD-ZmFR93xyZymIqf1vaudwxenCJXgWFrQcN6SpJIA-x1s1XzM

Bientôt ! Formation en ligne sur la sécurité intérieure.

Conçue pour sécuriser les enfants, diminuer l'opposition, l’agitation, le stress, l'hypersensibilité, augmenter la concentration et l’équilibre émotionnel et bien plus, cette formation aidera tous les parents, familles et professionnels qui souhaitent apprendre nos techniques spécialisées en sécurité intérieure.

NGTi Rockio Pépito: La sécurité intérieure

Transformer et régulariser l’insécurité chez les 0-12 ans.

 

Pourquoi tant d’opposition, de stress, d’angoisse, d’agitation et d’hypersensibilité chez les 0-12 ans? Et si c’était des réflexes non-intégrés?

Les professionnels de la santé dénombrent de plus en plus d’enfants agités, stressés, opposants, angoissés, intenses, impulsifs, déconnectés, évitants, qui figent, s’isolent, sont hypersensibles ou désorganisés… Bien souvent, ces comportements peuvent indiquer un manque d’intégration des réflexes de sécurité.

X
X