liberation-emotionnelle-du-bebe «Ce que le savon est au corps, les larmes le sont à l’âme».  –Proverbe juif

La science démontre depuis les années 70 à quel point notre vie gestationnelle, notre naissance et notre prime enfance influencent tout le reste de notre vie.

Tous, nous démarrons la vie avec une empreinte de naissance et trop souvent une empreinte négative, c’est-à-dire un stress ou un trauma qui nous a marqué au fer chaud.

Malheureusement, l’inscription est là, mais heureusement rien n’est irréversible, car l’humain est créateur de sa vie, avec beaucoup de faculté à se rééquilibrer.

Mais tant qu’à faire, autant démarrer du bon pied!

C’est pour cela que j’ai à cœur de vous parler du thème de la libération des pleurs émotionnels du bébé et de l’enfant, car il est source de paix et permet un équilibre psychique et émotionnel.

 

Qu’est-ce qu’une émotion?

C’est une réaction affective transitoire d’assez grande intensité provoquée par une stimulation venue de l’environnement.
Elle génère des sensations agréables, enthousiasmantes, harmonieuses ou lourdes, angoissantes…

 

Exprimer ses émotions fait partie de l’expression de soi.

La faculté de pleurer, de rire et d’exprimer, par la parole, des sentiments est propre à la nature Humaine. ET LES BÉBÉS NE FONT PAS EXCEPTION!

 

«Les enfants s’expriment non seulement pour protéger leur bien-être affectif,  mais aussi pour favoriser leur développement intellectuel et social.»
N.Aldort (Éduquer ses enfants, s’éduquer soi-même)

 

Alors faire obstacle à l’extériorisation des émotions de votre enfant stoppera son expression, mais ne l’empêchera pas de continuer à les ressentir.

Pour se conformer à un environnement où les pleurs ne sont pas admis, les enfants acquièrent un comportement rigide pour refréner leur besoin de pleurer.

Cette tendance à chercher des moyens pour corriger et/ou régler les pleurs peut détourner l’adulte du besoin qu’a l’enfant de se libérer de ses émotions.

 

Conséquences d’une non-expression des émotions:

Le bébé, l’enfant, accumule et se sent seul.

✔ État de détresse

✔ Symptômes physiques

✔ Troubles comportementaux

✔ Trouble de la croissance

✔ Agressivité, dépression

✔ Tics, compulsions

✔ Troubles d’apprentissage

✔ Troubles du sommeil

liberation-emotionnelle-du-bebe2 Si le stress est chronique, il empêche certaines connexions neuronales et entraine des retards de développement.

Il y a un an, j’ai été formée à l’approche RMTI (Rhythmic Movement Training international) qui permet d’intégrer les réflexes archaïques.

Sans leur intégration, l’enfant aura des retards de développement, des troubles du comportement et des difficultés au niveau de la motricité.

Par exemple, un fœtus dont la mère vit un gros stress va avoir le réflexe de paralysie par la peur (RPP) actif.

Si les émotions ne circulent pas, les bébés vont rester dans le réflexe de Moro.

Plus tard, ce seront des enfants qui ne supportent pas bien le stress, sont hypersensibles ou piquent des crises de colère soudaines, qui veulent tout contrôler et n’aiment pas le changement.

 

Quelles situations peuvent générer du stress, des colères et des frustrations chez le bébé et l’enfant?

– Trauma prénatal (stress de la mère)
– Trauma de la naissance (angoisse existentielle de séparation)
– Besoins non satisfaits
– La surstimulation (cerveau inachevé)
– Frustration d’apprentissage
– Expériences effrayantes

La première chose à faire quand la femme enceinte vit du stress, une situation choquante, c’est de parler à son bébé :

« Mon bébé maman est stressée, choquée, angoissée… mais tu n’es pas responsable et je t’aime toujours. Maman va s’occuper d’elle pour retrouver un équilibre. Tu es le bienvenu, je t’accueille et tu peux continuer à grandir en équilibre. »

 

Ensuite, une fois né, comment détecter ses pleurs émotionnels?

D’abord, il faut répondre à tous ses besoins: manger, changer la couche, température, interrelation, contact, peau à peau.

Quand tout est répondu et que vous êtes sûr qu’il n’a pas de maladie, de problèmes physiques, et qu’il continue de pleurer, alors vous avez la réponse, il a besoin d’une crise thérapeutique en étant écouté.

C’est comme aller chez la psy!

Il n’y a rien à faire, simplement l’écouter avec amour et bienveillance; lui offrir une sécurité émotionnelle dans vos bras et l’accompagner dans l’expression d’une histoire traumatisante passée qu’il vous raconte.

C’est la voie du milieu, entre celle de laisser pleurer un bébé tout seul et celle de vouloir le faire taire.

La première voie sera violemment vécue avec la sensation d’impuissance, d’abandon, de trahison, de rejet et activera probablement son réflexe de Moro; la deuxième lui fera comprendre qu’il n’a pas le droit d’avoir des émotions et qu’il n’est pas «normal».

 

liberation-emotionnelle-du-bebe4 Pourquoi Il est si difficile pour les parents d’écouter les pleurs émotionnels?

✓Car cela fait paniquer!
✓Car le parent croit que la souffrance de l’enfant est au-delà de ses forces.
✓Les parents croient que pleurer stresse le bébé.
✓Car cela les renvoie à leurs propres émotions enfouies.

Pleurer ne stresse pas un bébé, c’est le stress qui génère les pleurs, comme une réponse physiologique.

 

Quels sont les bénéfices de l’écoute des pleurs émotionnels?

Favorise un bon équilibre physique et psychologique

✓Améliore la durée d’attention

Améliore la capacité d’apprentissage

✓Aide à résoudre les problèmes de sommeil

Renforce le LIEN D’ATTACHEMENT entre l’adulte et l’enfant.

✓Aider à gérer les traumatismes et à évacuer le stress

Prévention des problèmes de discipline, d’hyperactivité et d’agressivité

 

Conclusion

Chaque bébé qui est en paix intérieure est un futur adulte qui participera à créer une humanité de paix.

Alors ne cherchez plus à faire taire votre bébé et ne croyez plus que vous êtes de bons parents car vous réussissez à faire taire votre enfant!

 

Je vous suggère de lire les livres :

Pleurs et colères du bébé et de l’enfant de Aléthasolter.

Éduquer ses enfants, s’éduquer soi-même de Naomi Aldort

« C’est quand ils le méritent le moins qu’ils ont le plus besoin d’être aimés » N. Aldort (Éduquer ses enfants, s’éduquer soi-même)

liberation-emotionnelle-du-bebe3

 

NGTi Rockio Pépito: La sécurité intérieure

Transformer et régulariser l’insécurité chez les 0-12 ans.

 

Pourquoi tant d’opposition, de stress, d’angoisse, d’agitation et d’hypersensibilité chez les 0-12 ans? Et si c’était des réflexes non-intégrés?

Les professionnels de la santé dénombrent de plus en plus d’enfants agités, stressés, opposants, angoissés, intenses, impulsifs, déconnectés, évitants, qui figent, s’isolent, sont hypersensibles ou désorganisés… Bien souvent, ces comportements peuvent indiquer un manque d’intégration des réflexes de sécurité.

Combo Brain Gym petite enfance et école

X
X