Bonjour, bienvenue sur cette chaine YouTube de Neuro Gym Tonik. Ça me fait plaisir d’être avec vous aujourd’hui dans cette capsule «spécial confinement».

Avez-vous remarqué que vos enfants sont comme des éponges émotionnelles : soit qu’ils explosent de colère ou se replient sur eux-mêmes?

Aujourd’hui, on va voir un truc puissant, facile à faire, efficace et attachant pour les aider à gérer eux-mêmes leur insécurité, et à apaiser eux-mêmes leur propre anxiété.

On va parler des refuges de sécurité, dans le langage commun : les cabanes.

On va voir les trois bienfaits des cabanes.

  • Le premier : ça va permettre aux enfants de choisir eux-mêmes le confinement.
  • Le deuxième : ils vont devenir autonomes.
  • Le troisième : ils vont être en mesure de gérer leur propre insécurité et de canaliser celle qu’ils reçoivent, parfois, de leurs parents.

En passant, moi, c’est Cindy Boiteau, je suis formatrice, conceptrice de la pédagogie neurosensorielle Neuro Gym Tonik, spécialisée en sécurité intérieure.

Peut-être que vous avez remarqué, depuis le début du confinement, que les enfants cherchent à être dans des cocons ? Peut-être qu’ils cherchent plus de proximité parentale, plus de câlins. J’avais vu, sur Facebook, une maman qui avait placé les deux divans face-à-face, avec des couvertures, et l’enfant était recroquevillé en cocon avec maman, comme quand il était dans son ventre. C’est vraiment une recherche de sécurité.

Rockio Pépito en ligne sur la sécurité intérieure.

Conçue pour sécuriser les enfants, diminuer l'opposition, l’agitation, le stress, l'hypersensibilité, augmenter la concentration et l’équilibre émotionnel et bien plus, cette formation aidera tous les parents, familles et professionnels qui souhaitent apprendre nos techniques spécialisées en sécurité intérieure.

 

1er bienfait : Choisir eux-mêmes le confinement

Peut-être que plusieurs enfants ont commencé à construire des cabanes, comme s’ils étaient en camping, mais à la maison. Avec des coussins de sofa, des couvertures, des oreillers : en fait, ils trimbalent tout ce qu’ils peuvent, ils s’installent en-dessous de la table, dans un coin de mur, en-dessous du divan, ils déplacent les meubles. Bref, ils se font eux-mêmes leur cabane, une cabane dans une cabane. Ça leur permet de choisir leur confinement, de choisir leurs propres règles dans leur espace de confinement : qui va entrer, qu’est-ce qu’on joue, quelles sont les règles, à quoi qu’on va jouer; est-ce qu’on dort là, est-ce qu’on dort pas là. Cela contribue à créer une bulle de sécurité et les amène à choisir ce confinement-là au lieu d’être en réaction.

C’est comme créer un mini-confinement dans un confinement, où est-ce que l’enfant est le maitre des règles.

Il faut juste remettre en question : en ce moment, les enfants n’ont plus leur réseau social, il n’y a plus de copains pour s’exprimer sur ce qu’ils vivent, mais aussi pour gérer l’anxiété, canaliser le stress dans du mouvement, dans du sport, dans du jeu d’équipe. Maintenant, ils sont confinés, ils sont tout seuls. Et les parents sont aussi stressés dans le télétravail, ou s’ils sont à l’extérieur de la maison, ils sont aussi stressés et vivent aussi de l’anxiété à sécuriser leurs propres enfants.

Toute cette perte de repères là, cette perte de routine là, l’enfant, lui, a besoin de se sentir en sécurité. Et la construction de la cabane va venir répondre à ce besoin. Parce que, comme dit la psychologue Perrine Saada : «Ça va leur permettre de construire du réel, et ils vont devenir pleinement actifs, contrairement à être derrière un écran, où ils sont passifs. Dans cette situation-là, qui leur échappe, où ils se sentent complètement impuissants ; avec la cabane, ils vont redevenir actifs, ils vont reprendre du pouvoir sur eux-mêmes. »

Ils vont se réaliser dans une construction ; ils vont aussi travailler à augmenter leur résilience, à gérer eux-mêmes leur propre stress, à s’occuper de leurs besoins. Pour eux, ça va venir créer du sens, parce que, dans la cabane, tout est possible. Il y a un monde imaginaire qui peut se créer.

Je lisais sur Facebook qu’un enfant de 8 ans s’est construit une base atomique pour se protéger des monstres galactiques. Il a toute sa base de contrôle, il a ses soldats en avant, il est tout organisé pour contrôler ça.

Il y a une autre petite fille, elle, ce qu’elle fait (c’est tellement touchant), elle ramasse des oursons qui sont blessés pour les guérir. Elle a un poste pour les guérir, avec des infirmières ; elle écoute le cœur, elle joue au docteur et tout ça. Aussi, elle ramasse des sorcières et de petites fées qui sont perdues pour leur expliquer le chemin du retour. Et elle sécurise, aussi, il y a de petites marmottes, des fois, qui viennent, et qui ont besoin de sécurité, donc elles viennent dormir dans sa tente avec elle la nuit.

Cela aide aussi les enfants à développer des habiletés altruistes, à prendre soin des autres.

2e bienfait : Encourager l’autonomie

On a parlé de l’autonomie. Comment cette cabane-là répond à un besoin de liberté, un besoin d’imaginaire, un besoin de se réaliser, de sentir, d’être et d’avoir. Les enfants y gagnent en autonomie parce que ce qu’ils vont dire aux parents, c’est : «Non, je veux le faire seul. C’est moi qui fais, c’est moi qui décide.»

Laissez-les faire. Ils sont en train de s’approprier la situation, de gérer leur insécurité et de créer du sens.

On pourrait dire que la cabane, c’est comme un refuge, un abri. C’est un espace sécurisant qui ressemble, d’une manière symbolique, à un utérus. Parce que l’enfant va apporter des coussins, des couvertures, des choses toutes moelleuses, pour se retrouver un peu comme s’il était dans le cocon avec cet espace-là, maternel ; un cocon dans le ventre de maman.

3e bienfait : Gérer leur propre insécurité et canaliser celle des parents

Dernier point : cela permet aux enfants de se protéger de l’insécurité des parents. Parce que les enfants sont des éponges émotionnelles : ils vont absorber l’insécurité des parents. Des fois, c’est un soupir, juste une émotion dans le visage, qui va les faire réagir. C’est les neurones miroirs qui communiquent ensemble et les enfants absorbent notre émotion. Même si nous, on veut la cacher, qu’on fait semblant de rien, qu’on se met un beau sourire dans le visage, mais les enfants vont l’attraper.

Ça fait que la cabane, ça permet aussi de se protéger de l’insécurité des parents.

Aussi, ce qui est drôle, là-dedans, c’est qu’il y avait une petite fille qui disait (c’était trop drôle) : «Les parents sont interdits parce que les parents sont beaucoup trop sérieux.» Elle avait demandé, aussi, de mettre un rideau ou une porte pour déterminer qui allait entrer et qui allait sortir.

Alors même si, vous allez voir, les enfants vont peut-être demander de ramasser les coussins, les couvertures du salon, de tout déplacer à la maison; je sais que ça peut être vraiment difficile à tolérer dans un premier temps, mais je vous dirais qu’on est dans une situation exceptionnelle, et si ça peut apaiser leur anxiété, laissez-les faire.

Et si cela ne vous convient pas, peut-être que la solution de rechange, c’est de sortir la tente de camping et de dire à l’enfant : «Veux-tu prendre la tente de camping et t’organiser ton monde, là-dedans, comme tu veux?» Cela peut être une alternative qui peut être possible.   

Nous, en tant qu’adultes, pour être plus en sécurité, cela va nous demander de respirer, de faire du yoga, de la méditation. Eux, les enfants, vont se sécuriser simplement avec une cabane.

Et j’aurais envie de vous conseiller de leur suggérer de prendre une photo de leur cabane et peut-être de la mettre sur Facebook. Ils vont être tellement fiers, de toute façon, de leur réussite, et d’expliquer ce qu’ils font dedans et tout ça. Et ça peut encourager à sécuriser d’autres enfants et d’autres familles.

Aussi, lorsque le confinement va être terminé, c’est peut-être une bonne idée aussi de dire à l’enfant : «Bon, le confinement est terminé. (On ne sait pas dans combien de temps encore, mais on imagine qu’il va avoir une fin.) Est-ce qu’il y a un endroit où tu aimerais qu’on déplace ta cabane dans la maison ? Là, elle est dans le salon, ça va nous déranger un petit peu. Mais je comprends que c’est important pour toi.» Et on prend une entente ensemble, on la déplace ailleurs. Comme ça, quand l’enfant est un petit peu agité ou qu’il a besoin de revenir dans sa bulle, cet espace-là est toujours disponible.

Alors ça faisait le tour pour aujourd’hui. On a vu l’extrême efficacité de la cabane et comment la cabane peut être magique, un beau refuge de sécurité ; qu’elle peut aider l’enfant à accepter le confinement, à devenir autonome lui-même, à gérer son insécurité et son anxiété, et à l’aider à se prémunir contre l’insécurité des parents.

Si vous avez aimé cette capsule, il y a un lien (en bas ou en haut), on a écrit un article là-dessus, qui va beaucoup plus en détails. Je vous invite à cliquer sur le lien et à le lire pour vous inspirer.

Alors cela m’a fait plaisir d’être avec vous aujourd’hui. Je vous souhaite une bonne construction de cabane ; non, c’est l’enfant qui construit.

Je vous souhaite une bonne expérience de la cabane à la maison et je vous dis à bientôt pour une autre capsule. Bye bye.

Rockio Pépito en ligne sur la sécurité intérieure.

Conçue pour sécuriser les enfants, diminuer l'opposition, l’agitation, le stress, l'hypersensibilité, augmenter la concentration et l’équilibre émotionnel et bien plus, cette formation aidera tous les parents, familles et professionnels qui souhaitent apprendre nos techniques spécialisées en sécurité intérieure.

Rockio Pépito: les fondamentaux

Transformer et régulariser l’insécurité chez les 0-12 ans avec l'intégration ludique des réflexes archaïques.

 

Pourquoi tant d’opposition, de stress, d’angoisse, d’agitation et d’hypersensibilité chez les 0-12 ans? Et si c’était des réflexes non-intégrés?

Les professionnels de la santé dénombrent de plus en plus d’enfants agités, stressés, opposants, angoissés, intenses, impulsifs, déconnectés, évitants, qui figent, s’isolent, sont hypersensibles ou désorganisés… Bien souvent, ces comportements peuvent indiquer un manque d’intégration des réflexes de sécurité.

X