Les 7 commandements bienveillantsIl nous arrive tous de perdre patience. On est parents. On est intervenants. On est des humains. On a aussi notre limite et, des fois, il nous arrive de nous emporter et de manquer de bienveillance dans nos interventions.

Plus fatigués, on donne nos consignes avec une certaine impatience… Cela viendrait affecter l’estime de soi du petit enfant en construction et générer du stress. Je sais que ce n’est pas ça qu’on veut créer. 

L’éducation bienveillante, tu en as entendu parler? Ici, je me suis amusée à ressortir les grands principes sous forme de commandements. De belles pistes pour mieux comprendre la maturation du cerveau et pour satisfaire les besoins de l’enfant. 

 

Les 7 commandements bienveillants

 

1- Les émotions de l’enfant tu accueilleras.

Éviter de dire «Ce n’est rien!»

Un enfant se fait mal… On lui répond: «Ce n’est rien, dans 2 minutes, tu n’auras même plus mal»… 

Pour lui: ce n’est pas rien et, oui, ça fait peut-être encore faire mal.

C’est l’équivalent de lui dire: «C’est juste une rupture, il y en aura d’autres!»

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. Une émotion sert à renseigner sur l’état intérieur d’une personne. Tout simplement. Lui dire: «Ça fait mal, je comprends. Tu pleures. Tu as eu peur…» fera plus facilement son chemin et sera beaucoup plus réconfortant!

 

Les 7 commandements bienveillants-032- Les règles d’avance tu fixeras.

Éviter de dire: «Combien de fois faut-il que je te le répète?»

Nos enfants veulent bien faire. Quand on répète, c’est souvent parce qu’on s’impatiente. Notre consigne est transmise avec du stress plutôt qu’avec bienveillance. Ce stress est reçu par l’enfant. Il ne sera pas pleinement disponible pour écouter et collaborer. 

Garde aussi en tête qu’il est normal pour les enfants de 7 ans et moins de ne pas intégrer les règles définitivement! D’ailleurs, le développement du cerveau ne s’achève que vers 30 ans. Certains auteurs disent même 40 ans…

Télécharge le guide

Télécharge gratuitement le guide
des besoins derrière les étiquettes
et découvre des pistes d'intervention.

 

3- Au POSITIF tu formuleras.

Éviter de dire: «Ne cours pas!». Prioriser: «Marche!»

Ne «cours pas» contient à la fois une consigne «cours» et un concept à ne pas appliquer. Il est plus facile pour une consigne de se frayer un chemin dans son petit cerveau en construction en lui disant ce qu’il a le droit de faire.

 

4- De ses comportements tu dissocieras ton enfant.

Éviter de dire: «Tu m’énerves, tu es bête!» 

Ce petit humain en construction ne cherche qu’à jouer et à découvrir. il ne comprend pas les conséquences de ses actes, lorsqu’il étend de la farine partout autour de lui. Une réaction du genre: «Tu es bête!» ou «Tu fais toujours des bêtises!» fera son chemin dans son cerveau et il va retenir «je suis nul». Alors que ce n’est pas lui le problème, mais plutôt son comportement.

Les 7 commandements bienveillants-02

Une approche bienveillante pourrait ressembler à: «Lucas, je comprends que tu aimes jouer avec la farine et découvrir ce qui t’entoure. Comme je t’ai déjà expliqué, il y a un endroit pour le faire. Viens, on va ramasser.» Ici, on a encouragé l’estime de soi de Lucas et son aptitude à réparer ce qu’il a fait. En bonus, on a évité de lui faire intégrer qu’il est un enfant «tannant». Parce que plus on lui dit qu’il est tannant, plus il va nous prouver qu’il peut l’être…

 

5- De ton enfant tu n’interpréteras point les intentions.

Au lieu de chercher le caprice derrière l’action, cherche le besoin derrière l’action. 

Avant 5 ans, la partie du cerveau (cortex préfrontal) qui est impliquée dans le contrôle des émotions n’est pas mature. L’enfant est incapable de prendre du recul sur ses actes ou sur ce qu’il vit. Ainsi, un bambin ou un jeune enfant vivra ses émotions de manière beaucoup plus intense qu’un adulte.

Quand Antoine fait une «crise de bacon», il ne cherche pas à te manipuler. Demande-toi: «Qu’est-ce que son petit cerveau d’enfant cherche à m’exprimer dans ce langage émotif? Le besoin d’être entendu? De sécurité? De canaliser son énergie?»

Aide-le à prendre du recul et à apprendre à nommer ce qu’il vit. Avec un code de couleur: rouge (colère), jaune (contrariété) et vert (joie), demande-lui de dire de quelle couleur il se sent. Tu l’aideras à apprendre à reconnaître ses émotions.   

Télécharge le guide

Télécharge gratuitement le guide
des besoins derrière les étiquettes
et découvre des pistes d'intervention.

6- Un cadre tu garderas et de souplesse tu useras.

Évite de dire: «C’est comme ça parce que c’est comme ça». 

Autrement dit, aie une main de fer dans un gant de velours. Souvent, on ne veut pas revenir sur notre position par peur de se sentir manipulé par l’enfant. Ce n’est pas nécessairement le cas. Tu peux mettre de la souplesse lorsque vient le temps de prendre le bain ou de mettre ses bottes, alors que certaines choses se doivent d’être plus encadrées, comme des règles de sécurité.

Il peut être bon de se poser la question «pourquoi est-ce que j’impose telle chose?». Si la réponse ressemble à «aucune idée, c’est un réflexe», profites-en pour mettre tes gants de velours!

 

7- Ton enfant tu apaiseras.

Les 7 commandements bienveillants-01

Un câlin, un geste ou un regard affectueux ont une énorme importance sur le développement de nos mini-humains!

Il a été prouvé qu’un enfant angoissé, frustré ou en colère sécrète des hormones de stress qui rendent plus difficile le développement de son petit cerveau. Lorsqu’un enfant se sent apaisé (chose qu’il a beaucoup de difficulté à faire en petite enfance), il sécrète des hormones de bonheur (ocytocine, dopamine, endorphine…) et son cerveau évolue positivement.

Il a donc besoin de la présence d’un adulte pour l’aider à s’apaiser. Et c’est par un simple geste d’apaisement physique comme un câlin que tu peux mettre toute cette magie en œuvre!

 

L’éducation bienveillante

Et voilà! Après seulement quelques minutes de lecture, tu es plus outillé pour intervenir de façon bienveillante avec les enfants qui t’entourent! Tu aides à créer des mini-humains pleins de confiance et d’empathie, qui deviendront à leur tour des humains bienveillants.

Merci de faire le choix de l’éducation bienveillante!

 

Références:
https://www.pommedapi.com/parents/education-bienveillante/education-bienveillante-petit-guide-a-lusage-parents
http://therapie-par-le-jeu.fr/effets-sur-cerveau-education-bienveillante/
https://apprendreaeduquer.fr/difficile-de-faire-vivre-valeurs-de-respect-de-confiance-de-bienveillance-nos-relations-enfants/
https://apprendreaeduquer.fr/connaitre-les-etapes-de-la-maturation-emotionnelle-des-enfants-pour-mieux-les-comprendre-et-les-accompagner/
Rockio Pépito, les fondamentaux. Programme d'intégration ludique des réflexes archaïque lien à la sécurité intérieure (Moro et RPP).

Comment intervenir avec portée auprès d’enfants agités, angoissés, opposants ou hypersensibles sans te sentir surchargé?
Les réflexes primitifs: la pièce manquante du puzzle

Bientôt disponible!

Inscris-toi ici pour recevoir en primeur l'offre de pré-lancement.

X