Utilises-tu un langage qui stimule ton cerveau?

Saviez-vous que la zone du langage, dans le cerveau, est constamment en interaction avec les zones de la motricité et des émotions?

En prendre conscience, c’est réaliser l’impact des mots que nous utilisons, envers nos enfants et en premier lieu, envers nous-mêmes. Ce petit langage interne…

Voici un article éclairant sur l’impact des mots et les bienfaits d’un langage positif. Une liste «aide-mémoire» vous guidera dans l’adoption d’un langage positif au quotidien, permettant ainsi la sécrétion des hormones du bonheur.

 

Un langage qui déclenche stress et perte d’attention

Les experts Mark Robert Waldman (communication) et Dr Andrew Newberg (neurosciences) affirment, dans leur livre « Les mots peuvent changer votre cerveau » que :

«Les mots angoissants et de colère envoient des messages d’alarme à travers le cerveau, et ils ferment partiellement les centres logiques et de raisonnement situés dans les lobes frontaux.»

Ainsi, lorsque nous employons de mots négatifs, ou «violents» («je déteste…», «je haïs», «ça me tue», «je préférais mourir plutôt que..», etc.), une petite région dans notre système limbique, appelée l’amygdale, reçoit le message de se mettre en mode «survie». Elle libère des hormones de stress dans le corps, dont le cortisol et l’adrénaline.

Se déclenchent alors: maux de ventre, respiration courte, augmentation de la pression, etc.

Comme si le corps se préparait à assurer sa protection devant un danger éminent. Il bloque ainsi l’accès aux zones « non-essentielles » du cerveau, dont les centres de logique et de raisonnement. Apparaissent des difficultés d’attention, d’organisation, de réflexion et d’assimilation de l’information.

Vous avez aimer le concept de Brain Gym?

Vous aimerez la pédagogie neurosensorielle et Rockio Pépito: La sécurité intérieure!

 

Les 5 bienfaits d’un langage positif

1- Favorise la sécrétion des «hormones du bonheur» : la dopamine, la sérotonine, l’ocytocine, l’endorphine.

2- Améliore vos relations avec les autres.

3- Permet de nommer et de reconnaître vos émotions et sentiments avec plus de facilité.

4- Active les zones motrices de votre cerveau.

5- Apporte une sérénité, une clarté et une paix d’esprit lorsque nous utilisons un langage interne positif pour soi.

 

Attention à l’exagération!

Dans la société actuelle, nous avons tendance à exagérer nos émotions, à les amplifier. Ainsi, il est rare de dire «je suis un peu fatigué» : nous sommes plutôt «crevés», «vidés», «épuisés» ou «complètement morts».

Or, cette amplification a un impact sur le cerveau. Celui-ci ne reçoit pas la même information : il réagira de façon intense si on utilise un langage intense (« je suis sans connaissance») et de façon adéquate si on utilise un langage adéquat (« je suis déçu »).

 

Comment faire ce changement tranquillement

Voici quelques bonnes habitudes à adopter avec les autres, mais aussi avec soi!

  1. Utilisez des phrases positives (sans négation). Lorsque notre cerveau reçoit une phrase contenant un «ne… pas», il rejette la négation. Avec un «je ne veux pas échouer», votre cerveau retient «je veux échouer». Il est plus efficace de bâtir ses phrases avec une formulation positive: «je veux réussir».
  1. Lisez! La lecture améliorera votre vocabulaire et vous permettra de trouver un mot positif en cohérence avec ce que vous voulez exprimer.
  1. Amplifiez le positif. Vous êtes fier, alors dites-le! Évitez la fausse modestie: «je suis plutôt content» et laissez la fierté s’exprimer: «je suis fier de moi, j’ai réussi» ou «j’ai travaillé fort et les résultats dépassent mes attentes».
  1. Tempérez les émotions négatives. Lors d’un moment difficile, plutôt que dire «ça me décourage, personne ne vient m’aider», dites: «je suis déçu, car j’espérais recevoir plus d’aide». Cette méthode vous aidera à valoriser le positif et à vous mettre en mode solutions!
  1. Faites attention aux expressions! Utilisez-vous un langage positif dans votre vie de tous les jours? Observez cette liste, et faites des changements au quotidien.

 

Pensez et parlez positivement!

On dit…                                                                             Dites plutôt…

J’essaie.Je fais de mon mieux.
À cause de…Grâce à…
Je rencontre une difficulté.Je rencontre un défi.
On choisit nos batailles.On choisit nos victoires.
La vie est une bataille.La vie est une aventure.
J’ai fait une erreur.J’ai fait un apprentissage.
Je douteJ’ai confiance
Ça ne marchera pas.J’ai confiance qu’une solution arrivera.
C’est trop difficile.C’est très formateur.
Je dois…Je vais…
Je me prépare à…
J’ai un problème.J’explore les possibilités.
J’ai échoué.J’ai appris.
Ça me stresse.Ça me stimule.
J’ai oublié.La mémoire me revient.
Ne cours pas.Marche.
Pas de chicane!Prends une grande respiration avant de parler.

 

Tout doux, une expression à la fois

Adopter un langage positif ne se fait pas du jour au lendemain. Nous vous invitons à imprimer la liste des expressions ci-haut et à choisir une expression par semaine à intégrer dans votre langage.

Faites de votre mieux, et lorsque vous utilisez un expression négative, reprenez-vous en disant : «voici ce que je voulais dire». 

Tranquillement, une expression à la fois, vous verrez, vos relations avec les autres s’amélioreront grandement… et la relation avec vous-même aussi!

Vous avez aimer le concept de Brain Gym?

Vous aimerez la pédagogie neurosensorielle et Rockio Pépito: La sécurité intérieure!

X
X