Stress, angoisse, opposition, crises… Réussir à passer au travers sans t’essouffler

Stress, angoisse, opposition, crises… Réussir à passer au travers sans t’essouffler

La discipline positive: l’art de connecter avant de corriger les enfants

par | Déc 29, 2022 | Attachement, Bienveillance, Estime de soi, Sécurité intérieure

Les enfants collaborent lorsqu’ils se sentent en lien et connectés avec l’adulte. 

La discipline positive: l’art de connecter avant de corriger les enfantsL’enfant a besoin, d’abord et avant tout, de se sentir aimés. Cette affirmation peut sembler évidente et en même temps, il nous arrive d’intervenir pour corriger un comportement sans avoir pris le soin de valider que nous sommes connectés à l’enfant, qu’il est en lien avec nous.

Sans ce lien, cela produit bien souvent de la résistance, de l’opposition, des tempêtes émotionnelles ou des crises chez des enfants où les émotions désagréables sont plus difficiles à canaliser.

Même si l’on sent que notre lien avec l’enfant est solide, c’est important de ne pas considérer comme établi. L’idéal est  de nourrir la connexion et le sentiment d’attachement qui nous unit avant de faire une demande à l’enfant ou de lui donner une consigne.

En se connectant à lui par un geste, un sourire, un toucher bienveillant, on crée un lien, une disponibilité réciproque. Avec ce lien, l’enfant peut s’ouvrir à modifier un comportement puisqu’il sent qu’il a le soutien dont il a besoin et qu’il ne perdra pas l’amour.

Connecter avec l’enfant avant de corriger 

Avant de corriger, d’éduquer, de donner une consigne ou de faire une demande, la priorité est de se connecter avec l’enfant, d’être en lien avec lui. Même lorsqu’on se sent profondément déçu, contrarié, épuisé ou dépassé par son comportement.

Comme adulte, on a des attentes et des objectifs très clairs pour l’enfant. L’enfant, lui, est plutôt en mode plaisir connecté au moment présent et qu’il n’a pas toujours envie de rencontrer nos attentes puisqu’il n’a pas conscience des conséquences de ses actes et souvent se projeter dans le futur et de prendre la responsabilité n’est pas une habileté acquise. Son cerveau est encore immature et il est en apprentissage.

On use souvent de discipline et on “fait la morale” pour expliquer aux enfants pourquoi leur comportement est inadéquat. Et si on s’y prenait à l’envers?

Réconforter, valider les émotions de l’enfant, l’écouter, prendre le temps de rester connectés ❤️ cœur à cœur ❤️ est la première étape avant d’aborder toute discussion constructive.

Il n’y a pas de meilleure façon de maintenir l’harmonie que d’entretenir l’attachement avec l’enfant avec qui nous souhaitons faire une demande pour l’aider à ajuster son comportement.

Permettre à l’enfant de faire des erreurs…

Permettre à l’enfant de faire des erreurs sans lui inculquer que cela est grave, dramatique est une merveilleuse opportunité pour lui d’apprendre à se remettre en question et évoluer sans honte, culpabilité, ni quête de perfection!

Comme adulte, lorsqu’on expose notre vulnérabilité, nos erreurs et nos émotions, on transmet à l’enfant l’aptitude à se responsabiliser, se réconcilier et résoudre ses conflits avec humilité en normalisant ce processus dans notre lien avec lui.

Teste la sécurité
intérieure de ton enfant

Télécharge gratuitement notre outil
d'évaluation et découvre les
conséquences possibles d'un manque
d'intégration des réflexes de sécurité:
Moro et paralysie par la peur, sur les comportements.

Les 3 “R” de la réparation

Voici les 3 étapes qui permettent une connexion du coeur entre l’adulte et l’enfant :

1- Reconnaître sa part de responsabilité:
Admettre nos erreurs permet à l’enfant de se sentir respecté et de constater que ça arrive à tous, même aux adultes, de faire des erreurs et d’en prendre la responsabilité.

2- Réconcilier:
C’est important de s’excuser à l’enfant et ainsi modéliser le respect et l’humilité afin de rétablir l’équité et la valeur propre de chacun.

3- Résoudre:
En demandant à l’enfant son aide, on le traite comme un humain à part entière et on fait honneur à la confiance qu’on lui porte. « J’ai besoin de ton aide. J’aimerais que l’on trouve une solution ensemble. »

Par quoi commencer pour instaurer une discipline positive où l’enfant connecte?

1- La puissance de parler de nos besoins. 

Parler de soi, de ses besoins, de ses émotions et de ses limites est toujours plus payant que de faire des reproches et des accusations à l’enfant qui risque de répliquer avec de la fermeture et une réaction défensive.

2- Avant de corriger l’enfant. s’intéresser à ce qu’il fait.
Lui poser des questions, entretenir la conversation et observer la qualité de connexion que vous avez avec lui vous permettras de déterminer si c’est le bon moment d’exprimer votre besoin et de faire une demande ou pas.

3- Présenter les avantages plutôt que les inconvénients.
Aborder les situations sous un angle positif invite au dialogue ouvert et constructif avec l’enfant.

Plutôt que de s’enflammer et de dire à l’enfant qu’on ne veut plus l’entendre, on:

→ Lui explique qu’on est en train de terminer de rédiger une lettre importante et que pour réussir notre travail on a besoin de calme et de concentration.

Ainsi, on présente à l’enfant notre besoin de silence comme une demande de collaboration de sa part pour nous aider à accomplir notre défi.

On lui explique que si on réussit à avoir 15 minutes de silence, on pourra terminer rapidement et être disponible juste pour lui pour jouer pendant 15 minutes.

Accepter l’enfant tel qu’il est 

La discipline positive: l’art de connecter avant de corriger les enfantsC’est important de se rappeler que l’enfant est un être à part entière qui a des besoins qui ne seront pas forcément au diapason avec les nôtres. D’où l’importance d’établir un espace d’écoute, de non-jugement et de confiance entre soi et l’enfant. Ainsi, ce dernier se sentira libre d’être lui-même si notre relation lui permet d’être accepté et accueilli dans ses défis et ses différences.

Montrer à l’enfant qu’on a confiance en ses capacités à s’améliorer et qu’on l’aime inconditionnellement, même lorsque son comportement nous déplaît, est très important pour son estime personnelle.

L’enfant ne doit pas sentir que l’amour se gagne au mérite et dans la perfection, mais plutôt qu’il est aimé même lorsque ses comportements sont reprochables, parce que c’est ça le vrai acte d’amour.

Cindy Boiteau et Grégoire GarneauSuite à ta lecture, merci de nous partager tes réflexions ou prises de consciences en écrivant un commentaire dans l’encadré plus bas.👇

Nous aimons beaucoup te lire et nous sentir en lien avec toi et toute la communauté.

Nous avons déjà hâte de te lire!

Articles similaires

Mon enfant est souvent angoissé, inquiets, sous pression…
Les 4 stades pour développer l’estime de soi chez l’enfant
La discipline positive: l’art de connecter avant de corriger les enfants
L’estime de soi: 11 stratégies pour aider l’enfant à s’aimer
Le cerveau de l’enfant apprend même dans son sommeil…
Le stress de la rentrée scolaire stimule l’adaptation de l’enfant
Comment activer le super pouvoir de la sécurité intérieure
6 stratégies pour réduire le stress et réveiller l’attention des enfants

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infolettre

Reçois gratuitement des outils et des ressources pour améliorer et prévenir les difficultés d’attention, d’apprentissage et de comportement des enfants (0-12 ans)

Formation en salle:

Formation en ligne:

Comment aider l’enfant stressé et le sécuriser tout en restant zen! (RPPA)
Rockio Pépito, les fondamentaux. Programme d'intégration ludique des réflexes archaïque lien à la sécurité intérieure (Moro et RPP).

⭐ Connais-tu Rockio Pépito? ⭐

Rockio, c’est le superhéros de la sécurité intérieure. Lui aussi vivait de l’anxiété, de l’opposition et de l’hypersensibilité… Jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il n’en était pas responsable, que son réflexe de Moro et de RPP en était la cause de ses problèmes! 😮
👉 En savoir plus sur Rockio…