En Brain Gym®, l’observation est un processus de focalisation de son attention dans le présent. Ralentir, porter attention à notre état, à la manière dont nous faisons la tâche afin d’identifier nos besoins d’apprentissage et de développer l’habileté de s’autogérer.

Lorsque nous sommes au meilleur de nous-mêmes, le corps envoie au cerveau des messages clairs et ce dernier comprend et exécute les commandes avec aisance. Les informations circulent et s’organisent facilement. C’est l’état intégré « faire de son mieux ». Le mode automatique intégré permet de penser et de bouger simultanément. Le mode  repérage intégré demande de s’arrêter, réfléchir, d’activer ses connaissances antérieures, faire des liens afin d’organiser les apprentissages dans de nouvelles structures.

Lorsque nous sommes stressés, notre sécurité est menacée. Le système de survie se déclenche, le réflexe de garde des tendons s’active, nos muscles se tendent pour lutter ou  fuir. L’apprentissage est impossible. Nous sommes en réaction. C’est le mode non-intégré ou « essayer ». En mode de repérage non-intégré nous ne pouvons arrêter et penser. En mode automatique non-intégré, nous avons abandonné, le défi était trop grand.

Pour mieux apprendre, il est utile d’observer les moments où l’apprentissage devient générateur de stress et ceux où l’intégration se fait dans la facilité. Observez : la tension musculaire, le degré de motivation et d’énergie, la respiration et le langage intérieur.

Par exemple, lorsqu’un enfant reconnaît que sa première réaction face à la frustration est de frapper, une ouverture se créée, il prend une distance et peut modifier sa conduite. Cette ouverture n’est pas disponible lorsque sa conduite est corrigée par un tiers. L’enfant ne peut changer qu’à partir du moment où il observe et prend conscience lui-même de sa conduite. Cette capacité de prise de conscience de soi est une fonction des lobes frontaux et peut prendre du temps à se développer.

Les jeunes enfants et la carte référence d’observation

L’enfant, à tour de rôle, identifie son activité préférée, où tout va bien, il se sent en sécurité et c’est facile pour lui d’avoir du plaisir (mode intégré « faire de son mieux »). Il mime l’activité. Ensuite, il nomme une activité qui n’est pas facile, où il ne sait pas s’il va réussir (mode non-intégré « essayer »). Il la mime et les dessine sur un carton. Ce sera sa carte référence d’observation. On pourra lui demander : lorsque tu fais telle activité est-ce que tu te sens comme ton activité préférée ou comme celle que tu aimes moins ? Petit à petit, on l’invitera à observer comment il se sent dans son corps, à identifier ses émotions et à verbaliser clairement ses besoins.

Extrait de : Brain Gym, le mouvement, clé de l’apprentissage par Dr Paul Dennison publié par le souffle d’or, 2010. Éducate your Brain par Kathy Brown, publiée par Balance Point Publishing, 2012.