Le toucher est un sens très important: avant l’âge de 3 ans, c’est le sens auquel les enfants se fient le plus. Pourquoi? Probablement parce qu’il est le premier à se développer, alors que l’enfant est encore dans le ventre de sa mère.

Les sensations apportées par le toucher sont plus nombreuses et plus intenses que celles produites par l’odorat ou la vue. Certaines personnes reçoivent trop d’informations tactiles (hypersensibilité) et d’autres en reçoivent trop peu (hyposensibilité).[1]

Découvrez les conséquences de l’hyper et hyposensibilité et 10 activités pour aider votre enfant à mieux réagir aux stimulations tactiles.

Comment et quand se développe le toucher?

On observe l’apparition des récepteurs tactiles entre la 4e et la 7e semaine de grossesse[1].

C’est à ce moment que le fœtus explore, gigote et donne des coups de pieds!

Le nouveau-né utilise en priorité sa bouche pour découvrir le monde. Ce sont ces récepteurs sensoriels qui lui permettront de trouver le sein ou le biberon. Jusqu’à l’âge de 6 mois, tout ce qu’il trouve aboutira dans sa bouche!

Hypo et hypersensible : comment le cerveau traite l’information

Comme le toucher se développe tôt, les hyper et hyposensibilités tactiles apparaissent tôt également. La différence entre les deux? Le système nerveux de l’hypersensible envoie trop d’informations au cerveau (et c’est la panique en haut!), alors que celui de l’hyposensible n’envoie pas assez d’information (ce qui laisse le cerveau dans un état presque léthargique).[1]

Hypo ou Hyper? Comment les reconnaitre?

Les deux[1] sont répertoriés comme des «troubles» de modulation du traitement sensoriel, mais sont aussi très différents l’un de l’autre. Comment les distinguer?

Les hyposensibles ont besoin de sensations fortes. Ils sont à l’opposé des hypersensibles. Comme ils ressentent peu les stimuli que leurs sens reçoivent, ils ont tendance à rechercher de plus grandes stimulations. Ils peuvent s’adonner au parachute, au football, à la course automobile, etc.

Ils peuvent aussi donner l’impression, par leur comportement, de ne pas avoir d’énergie et d’effectuer leurs tâches en mode «automatique»[2].

De plus, les hyposensibles donneront l’impression de ne pas ressentir la douleur, le chaud ou le froid. Leur équilibre et leur proprioception seront également différents: ils peuvent tourner sur eux-mêmes très longtemps sans ressentir d’étourdissement et ils ne ressentent pas aussi intensément les besoins physiologiques tels que la soif ou la faim[3].

Quant à eux, les hypersensibles perçoivent de façon amplifiée. Ils ont tendance à s’isoler des foules et ils n’aiment pas être touchés. Ils peuvent, parfois, être difficiles sur la nourriture, puisque les textures de certains aliments les répugnent.

Conséquences possibles de l’hyposensibilité

  • Manque de coordination;
  • Maladresse;
  • Recherche les sensations fortes, allant jusqu’à mettre sa sécurité en danger;
  • Difficulté à tenir un crayon ou un outil correctement;
  • Ressent un besoin de stimulations plus fortes/intenses.

Conséquences possibles de l’hypersensibilité

  • Difficultés à rester assis sur une chaise sans gigoter;
  • «Crises» de surstimulation;
  • Interactions sociales difficiles: certaines marques d’affection pourraient être perçues comme des «agressions»;
  • Certaines textures, entre autres dans les aliments, peuvent être intolérables;
  • L’effleurement et le toucher léger peuvent être envahissants pour eux.

Trucs et astuces pour stimuler le toucher

Savez-vous que les systèmes vestibulaire (équilibre) et proprioceptif (perception de son corps dans l’espace) de votre enfant ont besoin de nouvelles expériences et d’occasions de bouger pour se développer de façon optimale et permettre au cerveau de construire de nouveaux réseaux neuronaux?

Voici 10 trucs faciles à intégrer au quotidien pour stimuler le toucher, la proprioception et l’équilibre de votre enfant. Ceci l’aidera à mieux réagir aux stimulations tactiles.

Laissez bébé trotter en couche. Il explore de nouvelles sensations et développe sa motricité.

​Jouez dehors ! Les espaces extérieurs procurent des expériences sensorielles beaucoup plus riches que les espaces intérieurs où l’exploration est limitée.

Se déplacer pieds nus. Toucher le sol avec ses pieds envoie une multitude d’informations au cerveau, permettant de travailler efficacement son équilibre et de l’aider aussi à mieux sentir son corps en mouvement.

Roulis sensoriel. Rouler un ballon sensoriel sur tout le corps de l’enfant. Plus l’enfant est sensible au niveau tactile, plus le ballon sera gros. L’enfant peut se le faire lui-même, en plaçant le ballon entre un mur et son dos.

Le combat des Titans. Dans de la neige, un carré de sable ou sur un lit, deux enfants, face à face, sur leurs genoux, exercent une pression mains contre mains jusqu’à ce que l’un d’eux tombe au sol.

Des parcours diversifiés avec des objets de textures différentes où l’enfant est invité à ramper, à attraper, à transvider de l’eau, à toucher, à s’agripper, etc.

Le plancher et bas de murs texturés. Ajouter des tissus à textures différentes et contrastantes sur les surfaces à la hauteur des enfants.

Massages profonds. Faire des pressions profondes sur tout le corps de votre enfant, tout le long de ses membres. Exercer une plus grande pression sur les plus gros muscles, comme les cuisses et le dos. Valider la pression qui lui convient.

Les batailles d’oreillers. Se tirailler, se faire compresser quelques membres entre des oreillers (sauf la tête), se faire de gros câlins.

Les bacs/sacs sensoriels! Fabriquez des bacs et sacs sensoriels. Ils aident à développer le système proprioceptif, la motricité fine et la discrimination tactile, en plus d’être amusants!

Et vous, quels sont vos trucs pour aider votre enfant à mieux réagir au toucher?

Ne manquez pas le prochain article de cette série, dans lequel nous aborderons la question du toucher et des câlins. Pourquoi en parler? Parce qu’ils ont de nombreux bienfaits! Découvrez-les, ainsi que des trucs pour stimuler le développement du toucher.

Envie d’en apprendre plus le rôle des réflexes archaïque sur l’hypersensibilité?

Les programmes de Rythmic Movement Training (RMT), offerts chez Neuro Gym Tonik, peuvent également aider à intégrer les réflexes actifs et ainsi, réduire ou éliminer les hypersensibilités.

 

 

Conférence : les réflexes archaïques

Laval, Qc - 3 octobre 2019

Pour un développement harmonieux et épanoui de l’enfant !

Un autre regard sur les difficultés d’apprentissage.
Tendu, agité, dyslexique, « dys… », hypersensible, distrait, dispersé, lent, en manque de concentration, de confiance…

Les récents travaux en neurosciences apportent un éclairage nouveau sur le développement du cerveau de l’enfant : ils mettent en lumière l’importance du rôle des réflexes archaïques dans la construction physiologique, émotionnelle et cognitive du cerveau et du système nerveux. Une nouvelle approche pour lever les blocages.

RMTi 1 & 2 – L’attention, l’organisation et la compréhension

Intégrer une nouvelle lecture des troubles de l’attention et de l’hyperactivité. Comprendre l’impact des réflexes primitifs sur le TDA/H et découvrir comment les mouvements rythmiques peuvent être une solution bénéfique.

Cette technique utilise des mouvements avec une composante rythmique visant l’intégration des réflexes fondateurs du développement, de l’attention, du contrôle moteur, de la posture, de la cognition, des émotions et du comportement.

X