Partages

Gardons le ritalin pour la fin !Un enfant raconte son histoire avec Ritalin …

Salut. Mon nom est Samuel. Ils disent que je souffre d’un déficit de l’attention et parfois, quand je me tortille et ne m’assieds pas droit sur ma chaise, ils disent aussi que je suis hyperactif.  Je ne sais pas ce qu’ils veulent dire et je ne comprends pas pourquoi tout le monde est toujours fâché contre moi. Mon père dit que je suis têtu et qu’il pourrait « prendre les grands moyens » pour que j’arrête de bouger.

Ma mère dit que je suis paresseux et que je ne me donne pas la peine de me concentrer. Je dis que je vais bien et que je n’ai pas de problèmes. L’école est ennuyeuse, c’est tout ! J’ai 8 ans et demi; j’ai les cheveux bruns et les yeux bruns.

« Je suis Samuel » « Je suis TDA/H »

Vous reconnaissez sûrement certains de ces comportements ! Aux États-Unis, plusieurs millions de jeunes consomment des médicaments pour des troubles de l’attention.
Bien que les experts estiment que seulement 5 % de ceux-ci en ont vraiment besoin. Aux États-Unis, de 5% à 10% des enfants de 9 à 12 ans seraient sous Ritalin. Le Ritalin est disponible sans prescription dans certains États !

Le Ritalin et effets secondaires

Le point est le suivant; si votre enfant a été diagnostiqué TDA ou TDA/H, vous auriez tout avantage à cherchez une alternative à la médication. Le Ritalin peut causer les effets secondaires suivants :

  • L’irritabilité;
  • L’hypertension et palpitation cardiaque;
  • L’anxiété;
  • Mal de tête, douleurs d’estomac, perte d’appétit;
  • Trouble de l’humeur;
  • Retard de développement et inhibition de croissance;
  • Trouble du sommeil;
  • Tics nerveux;
  • Le repli social, etc…

De plus, ce médicament affecte le ganglion basal et le corps strié, les zones cérébrales impliquées dans le contrôle moteur et le sens du temps.

Qui et comment se posent les diagnostics ?

Les neuropsychologues sont les spécialistes qui détiennent la meilleure expertise professionnelle pour établir le diagnostic de TDA/H. Ils ont recours à une série de batteries de tests qui entre eux sont conçues pour assurer une cohérence autant en terme de validation que de confirmation du diagnostic.

Étant donné l’attente, souvent autour de 2 ans avant d’avoir un r-d-v avec ces spécialistes, les parents veulent comprendre “ce qui se passe avec leur enfant” et il arrive très souvent que ce soient les médecins et les psychologues scolaires qui posent le diagnostic de TDA/H chez les enfants.

Un pédiatre, s’il est bien engagé et méticuleux, passera en moyenne autour de 20 à 30 minutes avec un enfant avant de poser le diagnostic. Tandis qu’en neuropsychologie, l’évaluation se déroule sur une journée entière, relate le Dr Hammarrenger, directeur de la Clinique d’évaluation et de réadaptation cognitive, à Laval.

« Souvent, c’est l’anxiété qui vient drainer l’attention de l’enfant » Dr Hammarrenger, neuropsychologue.

La nature des symptômes

Et si toutes ces sources d’informations additionnées à la pression du milieu scolaire pourraient cacher aux parents la vraie nature des symptômes de leur enfant ? Serait-il possible que ces comportements dérangeants pourraient avoir leurs sources ailleurs que dans TDA/H ?

Ordonnances de Ritalin en hausse !

Au Québec, les prescriptions de Ritalin ont la vedette sur le marché pharmaceutique ! Les ordonnances ont quadruplé depuis quelques années, bondissant de 106 280 à… 400 800 et ce, depuis 2000.

Selon les chiffres de l’entreprise IMS Brogan, 61,39 millions de comprimés contre le TDAH ont été distribués dans les pharmacies québécoises l’an dernier, en hausse de 12% par rapport à 2013. Depuis cinq ans, le nombre de comprimés distribués au Québec a bondi de 56%.Savez-vous que le TDA/H est le diagnostic donné le plus fréquemment en pédopsychiatrie en Amérique du Nord ?

Sachant que certains symptômes attribués au TDA/H peuvent appartenir à une dizaine d’autres conditions comme l’anxiété, le stress, la dépression, quand ils ne sont pas tout simplement confondus à des difficulté scolaire ou un climat familial difficile.

Les parents

À la lecture de ces données, on peut s’imaginer que les parents pourraient vivre de la culpabilité. Il n’y a pas un parent qui est fier de médicamenter son enfant. Souvent, c’est un choix de dernier recours, à bout de souffle, en recherche d’une solution pour calmer l’intensité des comportements de leurs enfants.

Mentionnons aussi que de vivre avec le tda/h ou avec des comportements similaires n’est pas de tout repos pour l’enfant. Un choix difficile et parfois déchirant pour le parent dont l’intention est de soulager et de soutenir son enfant à mieux se concentrer, apprendre et se développer de façon plus harmonieuse.

Le stress, lui ?

Nous savons que les symptômes du stress ressemblent étonnamment aux symptômes du TDA/H. Les comportements d’urgence, de manque d’attention, d’impulsivité, d’extrême vigilance, causée par un agent stresseur fréquent dans la vie scolaire de l’enfant est souvent pris à tord comme un symptôme relié au TDA/H.

C’est pourtant si facile à comprendre !

Ça demande que du gros bon sens ! Lorsque l’enfant ne se sent pas compris, que ça ne fonctionne pas à la maison et qu’il vit du rejet ou de l’intimidation à l’école, il est bien évident que cet enfant n’est pas pleinement disponible pour écouter l’enseignant et avoir la concentration soutenue pour faire ses apprentissages.

Du concret …

Un enfant en stress ne se sent pas en sécurité dans son corps. Lors d’une compréhension en lecture il ne comprend pas ce qu’il lit, ou saute des lignes en lisant. Ce stress lui déclenchera de la frustration, un sentiment de manque de compétence qui conduit à une perte d’estime, un manque de motivation et finalement des pertes d’attention. Il commencera à gigoter pour se réveiller et stimuler ses fonctions cérébrales. La tâche lui demande visiblement trop d’effort. Ces comportements sont des conséquences de l’action des hormones du stress déclenché dans le corps.

En état de stress, nous avons accès approximativement à 33 % de nos capacités cognitives; le cortex préfrontal passe le relai aux parties plus instinctives de notre cerveau.

Le stress ne survit pas dans un corps détendu !

Savez-vous que le stress et l’anxiété ne survivent pas dans un corps détendu et calme? En réduisant le stress et l’anxiété, la concentration s’améliore et les capacités d’apprentissages aussi.

Chez Neuro Gym Tonik, nous proposons des mouvements simples permettant de détendre le corps en augmentant les compétences physiques reliées à l’apprentissage et de diminuer l’impact du stress. Ce n’est pas magique. Pour en savoir plus, visitez Brain Gym petite enfance, Brain Gym à l’école, Brain Gym pour les adultes et Mouvements Rythmiques

Il reste cependant que les enseignants, les intervenants, les éducateurs et les parents qui font ces exercices dans une routine quotidienne voient beaucoup d’amélioration dans le comportement de l’enfant. Il est en mesure de retrouver un état de calme lui permettant d’accéder à ses ressources, la concentration s’améliore. N’étant plus en stress, la tâche lui demande moins d’effort et la motivation et le goût d’apprendre dans le plaisir revient.

Accompagner-le avec des approches alternatives

Cela dit, que l’enfant ait un TDA/H ou non, médication ou pas, nous invitons les parents à inclure diverses approches de détente au quotidien de l’enfant comme la respiration, le yoga, la méditation, le Brain Gym pour les soutenir vers un état de mieux-être et favoriser encore plus la gestion du stress et de l’anxiété.

 

Référence :
https://aqnp.ca/documentation/developpemental/tdah/
http://www.attentiondeficit-info.com/pdf/gestion-effets-secondaires-medication-tdah.pdf
http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201503/08/01-4850438-ritalin-la-consommation-atteint-des-records-au-quebec.php
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/84019/du-ritalin-pour-la-vie
http://www.franceculture.fr/emissions/science-publique/la-consommation-de-ritaline-devient-elle-excessive
http://www.ledevoir.com/culture/livres/448654/le-tdah-est-il-une-fausse-maladie
Paul Denisson, Apprendre par le mouvement, Éditions Sully, 200

Articles similaires

Partages
Partages
Partager

Recevez gratuitement 4 exercices révélateurs

Vous serez étonné de leurs éfficacité !

Télécharger l'affiche gratuite !

 

Ces exercices font la bascule de l’état de stress vers les fonctions supérieures du cerveau.

Bienfaits:  

1- Le stress (physique, émotif et cognitif) relié à l’apprentissage est significativement réduit.
2- Les "manques d’attention" sont beaucoup moins fréquents et durent moins longtemps.
3- L’enfant développe des ressources internes qui soutiennent l’estime de soi et son plein potentiel.

Vérifier votre boîte de réception ou vos courriels indésirables afin de confirmer votre inscription et recevoir l'exercice.