des-jeunes-qui-souffrent-de-deficit-nature-principaleConnais-tu le défi 1000 heures dehors? 

C’est un défi que se sont lancé en 2021, suite aux effets du confinement, plusieurs familles et professionnels de l’enfance pour passer 1000 heures dehors durant l’année. Ce défi veut inciter les jeunes à remplacer le temps passé devant l’écran par des jeux à l’extérieur pour combler le déficit nature…  

Selon la santé publique du Canada, les jeunes âgés entre 5 à 17 ans devraient limiter le temps passé devant l’écran à en moyenne 2 heures par jour, alors que les enfants de 2 ans et moins ne devraient en avoir aucun.

La réalité est que les enfants passent, en moyenne, 3 heures par jour devant un écran, selon les données de 2019 de Statistiques Canada, totalisant plus de 1000 heures par année.

De plus, entre 1997 et 2003, le temps passé à l’extérieur pour les moins de 12 ans a été réduit de 31%. Cette réduction d’activités physiques pourrait engendrer de l’anxiété, de la dépression, de l’embonpoint, de faibles aptitudes motrices, des risques accrus de maladies cardio-vasculaires…

 

Des jeunes en déficit naturedes-jeunes-qui-souffrent-de-deficit-nature

Dans le milieu, on qualifie l’absence de temps passé à l’extérieur de déficit nature. Ce déficit amène avec lui plusieurs conséquences. Regardons d’abord, globalement, les causes du déficit nature, telles que mentionnées par Richard Louv dans son livre Last Child in the Woods:

  •   Plus de temps à l’intérieur;
  •   Moins de temps pour jouer;
  •   Un accès limité aux espaces naturels;
  •   Un mode vie de urbain.

 Voici les conséquences qui en découlent:

Des-jeunes-qui-souffrent-de-deficit-nature

  • Conscience écologique moins développée;
  • Mode de vie sédentaire dommageable;
  • Moins d’empathie pour la nature;
  • Les 5 sens ne sont pas suffisamment stimulés, donc baisse d’acuité;
  • Baisse des performances intellectuelles et cognitives
  • Augmentation des troubles de comportement;
  • Baisse de l’estime de soi et de la confiance en soi;
  • Moins de mouvement physique, donc réduction de l’autonomie physique chez les enfants;
  • Diminution de la créativité et de la curiosité.

Teste la sécurité
intérieure de ton enfant

Télécharge gratuitement notre outil
d'évaluation et découvre les
conséquences possibles d'un manque
d'intégration des réflexes de
sécurité sur les comportements.

Les enfants de la ville plus enclins aux troubles de santé mentale  

Une étude danoise révèle que les enfants qui grandissent en milieu urbain auraient 55% plus de risques de développer des troubles de santé mentale.

Et en effet, les médecins ont pu constater qu’il existe une proportion plus élevée de dépressions et de troubles anxieux chez les enfants vivant en milieu urbain. Vivre en ville permet généralement un meilleur accès aux soins et à l’éducation mais son environnement est composé de facteurs de stress importants: pollution, nuisances visuelles et auditives… Le cerveau est agressé et se repose peu. 

 

La nature: des bienfaits aux multiples vertus

La nature a des propriétés réparatrices tant au niveau de l’énergie et de l’attention que de la vitalité. Elle augmenterait la créativité et réduirait les symptômes du TDA/H. Une nuit en nature peut également rééquilibrer l’horloge interne. Finalement, passer du temps en nature impacte notre relation à autrui et augmente notre niveau de bienveillance.

D’ailleurs, il est prouvé que l’air est de meilleure qualité à l’extérieur, et que l’exposition aux maladies infectieuses en est donc réduite. On remarque que les enfants qui sont plus souvent dehors sont également plus actifs.

 

Utiliser la nature pour intervenir en situation difficile 

Avec les enfants, ces bénéfices pourront donc se faire sentir. Pourquoi ne pas utiliser la nature comme intervention première dans nos situations difficiles avec les enfants? Imaginez ce que des journées entières peuvent avoir comme effet sur le cerveau de l’enfant et sur son attitude envers autrui.

Imaginez tous les apprentissages que pourrait faire un enfant vivant avec un TDA/H en apprenant à l’extérieur. Pourquoi ne pas transposer tout ce qu’on fait à l’extérieur? Manger, bricoler, jouer, lire, faire les devoirs et même ce que les enfants apprennent à l’école?

 

L’approche ancrée dans le milieu?

Beaucoup de milieux utilisent l’apprentissage ancré dans le milieu pour rapprocher le contact des enfants avec la nature. Cette approche permet de rapprocher l’enfant de la nature, en le laissant se questionner sur le monde qui l’entoure et son fonctionnement. L’idée est de l’inviter à être le plus souvent en nature pour vivre en harmonie avec celle-ci. De quoi profiter de tous les bienfaits cités ci-haut. 

Je t’encourage, dès aujourd’hui, à aller jouer dehors. Tente, quotidiennement, de faire une activité de plus à l’extérieur. Que ce soit un repas, une collation, la lecture… Une seule activité, soit 30 minutes de plus par jour. Et observe les bienfaits!

 

Références:
https://centdegres.ca/magazine/activite-physique/jeu-actif-a-lexterieur-les-benefices-depassent-largement-les-risques/
ParticipACTION, 2015. «Garder les enfants à l’intérieur: un plus grand risque», Bulletin de l’activité physique chez les jeunes de ParticipACTION, Toronto (Ontario).
https://www.ontarioparks.com/parcsblog/les-bienfaits-du-plein-air-sur-la-sante-mentale/#:~:text=La%20nature%20compte%20%C3%A9galement%20une,r%C3%A9duit%20les%20sympt%C3%B4mes%20du%20TDAH.
https://apprendreaeduquer.fr/nos-enfants-souffrent-trouble-de-deficit-de-nature/
https://www.campkeno.com/vie-de-camp/quest-ce-le-deficit-nature%E2%80%89/?gclid=Cj0KCQjwppSEBhCGARIsANIs4p5eVAJYWfUf5SEINKpyTcpGWU0cRLOK2cy13gsrngLu45jIDHW8hQ4aAj5xEALw_wcB
https://www.frcneurodon.org/informer-sur-la-recherche/actus/les-bienfaits-de-la-nature-sur-le-cerveau/
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1762413/1000-heures-dehors-defi-ecran-andy-prest-north-vancouver

Bientôt disponible!

Inscris-toi ici pour recevoir en primeur l'offre de pré-lancement.

Rockio Pépito, les fondamentaux. Programme d'intégration ludique des réflexes archaïque lien à la sécurité intérieure (Moro et RPP).

Comment intervenir avec portée auprès d’enfants agités, angoissés, opposants ou hypersensibles sans te sentir surchargé?
Les réflexes primitifs: la pièce manquante du puzzle

X