4-trucs-pour-neutraliser-l-anxiete-et-reduire-l-hypersensibilite L’anxiété est un problème étonnamment commun chez les enfants. Si votre enfant a une hypersensibilité ou un trouble du traitement sensoriel (TTS), vous avez sûrement observé comment cela peut causer ou intensifier l’anxiété.

L’intensité de l’hypersensibilité et/ou du trouble sensoriel est un défi pour n’importe qui, mais pour un enfant, c’est encore plus envahissant.

 

Des enfants qui évitent ou s’opposent

L’hypersensibilité peut se trouver dans n’importe lequel des systèmes sensoriels et peut affecter une personne dans une, deux ou plusieurs sphères en même temps.

Dans la sphère tactile, les étiquettes vont l’agacer et même l’agresser, la couture d’une chaussette peut être aussi rugueuse que le piquant du Velcro sur la peau.

Dans la sphère olfactive, l’odeur d’un parfum, du café, peut lui être insupportable.

Côté auditif, une voix qui semble parfaitement normale à la plupart des gens peut lui sembler douloureusement forte.

Les enfants qui ressentent les informations sensorielles aussi intensément peuvent éviter, s’opposer ou essayer de retarder les situations où ils prévoient qu’ils seront surstimulés par les sensations dérangeantes.

 

Quand l’anxiété devient la réaction

Lorsqu’un enfant se met à anticiper ce genre de situations, cela le mène généralement à l’anxiété. Il peut en venir à s’inquiéter au point où l’anxiété devient la réaction-réponse normale aux stimuli.

Nous, parents, sommes les mieux placés pour accompagner nos enfants à développer de saines habitudes, afin de diminuer la pression subie et l’anxiété due à la surcharge sensorielle.

Il y a plusieurs façons saines de gérer cette anxiété. Voici quatre neutraliseurs efficaces d’anxiété: la compréhension, le chien de garde, le plaisir et la pleine conscience.

 

1. La compréhension

La compréhension est la clé: autant la compréhension de soi-même que le sentiment d’être compris par les autres.

Les enfants ont besoin de se sentir compris par leurs parents et de savoir qu’ils ne sont pas jugés. Avoir le sentiment d’être accepté aide votre enfant à se sentir nourri et supporté et aide à développer des capacités d’adaptation positives.

Amenez votre enfant à comprendre la relation entre sa propre hypersensibilité et son anxiété, à reconnaitre et identifier des moments déclencheurs d’anxiété. Apprenez-lui à exprimer sa surcharge avec des mots plutôt qu’avec des gestes ou des explosions de colère. 4-trucs-pour-neutraliser-l-anxiete-et-reduire-l-hypersensibilite2

 

2. Parlez-lui du chien de garde

Éduquez-le à propos des fonctions de son cerveau. Expliquez qu’une partie spéciale de celui-ci, le tronc cérébral, travaille à le garder en sécurité. C’est comme un chien de garde: dès qu’un signal (provenant d’un sens) est perçu comme intense, le chien aboie, prêt à réagir rapidement.

Chez les personnes hypersensibles, les signaux des organes sensoriels sont reçus par le cerveau comme des messages intensifiés, amplifiés ou confus. C’est comme si leur chien de garde était surchargé et ne savait plus où donner de la tête!

Le simple fait de connaitre la cause de l’anxiété ne la fera pas disparaitre, mais aide à l’identifier et à réduire la pression.

 

3. Le plaisir et le rire

Les sensations liées au plaisir peuvent être très puissantes contre les perturbations sensorielles qui génèrent de l’anxiété. Le plaisir n’est pas un antidote direct à appliquer durant une crise, mais plutôt un élément sur lequel construire et faire du renforcement.

Par exemple, porter son chandail préféré, lorsqu’une journée difficile s’annonce, apporte du plaisir. Lorsqu’un défi se présente, on peut se dire Au moins, j’ai mon chandail préféré pour passer à travers!

Un enfant anxieux sur une base régulière peut se détourner du jeu et perdre sa spontanéité. Aidez votre enfant à trouver de l’humour partout et à l’utiliser comme une habileté d’adaptation positive. On peut jouer à Imagine si… cette situation était arrivée à… grand-maman? Un clown? Comment elle réagirait? Que dirait-il? Le but est simplement de dédramatiser la situation.

 

4. La pleine conscience

Une façon de contrer l’anxiété et de retrouver le calme est de respirer en conscience.

Les études prouvent que la pleine conscience réduit l’anxiété, qui en retour peut réduire l’intensité de l’hyperstimulation sensorielle. Ça vaut le coup de prendre le temps d’enseigner à votre enfant comment pratiquer la pleine conscience et se concentrer sur le moment présent.

4-trucs-pour-neutraliser-l-anxiete-et-reduire-l-hypersensibilite3

Comment faire pour aider l’enfant à respirer?

On peut, par exemple: tenir un bol de chocolat chaud et l’enfant doit souffler dessus doucement et calmement; utiliser un vire-vent pour visualiser la respiration et son action; souffler sur un papillon imaginaire pour l’aider à s’envoler ou sur les voiles d’un bateau pour qu’il avance sur l’eau.

Gardez la conviction profonde que votre enfant peut trouver la paix et le calme. La respiration a pour fonction de calmer le système nerveux et d’apaiser ce chien de garde qui aboie dans le cerveau de l’enfant.

 

De petits gestes qui font une grande différence

Prenez le temps d’en apprendre plus sur la sensibilité et/ou l’anxiété de votre enfant. Communiquez avec lui, dans ses mots, pour exprimer votre compréhension et votre soutien. Aidez-le à se concentrer sur des émotions positives. Ces petits gestes peuvent faire une grande différente en matière de promotion de la santé mentale.

 

Traduit et adapté par Neuro Gym Tonik.
Autrice : Dre Grace Malonai, Ph.D. en psychologie clinique, spécialiste en hypersensibilité sensorielle
Texte original et références disponibles ici: https://www.goodtherapy.org/blog/5-things-that-help-a-child-with-high-sensitivity-and-anxiety-070914?fbclid=IwAR2xOkTclOX_STiz5LaiO5HXU-0IwezfJlhgr5jtF1zXeD3TgMVwqzK1jnU

 

Rockio Pépito: les fondamentaux

Transformer et régulariser l’insécurité chez les 0-12 ans avec l'intégration ludique des réflexes archaïques.

 

Pourquoi tant d’opposition, de stress, d’angoisse, d’agitation et d’hypersensibilité chez les 0-12 ans? Et si c’était des réflexes non-intégrés?

Les professionnels de la santé dénombrent de plus en plus d’enfants agités, stressés, opposants, angoissés, intenses, impulsifs, déconnectés, évitants, qui figent, s’isolent, sont hypersensibles ou désorganisés… Bien souvent, ces comportements peuvent indiquer un manque d’intégration des réflexes de sécurité.

X